Rechercher dans ce blog

Vous êtes sur apocalypse.bibletude.org. Les points d'entrée de chapitres se trouvent dans la colonne de gauche et dans les onglets ci-dessus (plus complets). L'ensemble de ces points d'entrée se trouve dans la page Contenu du site.
Le livre de l'Apocalypse est intemporel: il s'adresse à chacun, dans sa situation présente, et exhorte chaque lecteur à choisir le chemin qui mène à la Nouvelle Jérusalem. Les symboles du livre de l'Apocalypse représentent avant tout des états intérieurs de l'âme humaine, états qui, de par le comportement humain, déteignent sur la société et, au bout du compte, font l'Histoire.

9:13-21 : Trompette SIX

Les versets 13 à 21 sont un jugement sur la chair, qui se construit des systèmes, des idoles (Ezéchiel 14), et les substitue à Dieu.

Le jugement est, littéralement, un tri. Tri entre les hommes, tri entre les sauvés, tri en nous :

  • Entre les hommes, le tri se fait entre les pécheurs qui acceptent d'être sauvés, et les pécheurs qui refusent le salut. L'amour de Dieu a pour conséquence le libre arbitre : c'est l'homme qui choisit son destin.
  • Entre les sauvés, le tri se fait entre sauvés charnels et sauvés spirituels, entre ceux qui attendent un royaume terrestre, et ceux qui vivent déjà dans le Royaume céleste ("mon Royaume n'est pas de ce monde", "il ne vient pas de manière à frapper le regard", "le Royaume est en vous"). Chacun récolte ce qu'il sème : le périssable pour celui qui choisit ce qui est terrestre, l'éternelle plénitude pour celui qui choisit ce qui est spirituel.
  • En nous, le tri se fait entre ce qui est de Dieu, et ce qui est de la chair. Ce tri, c'est ce que la Bible appelle la sanctification.

La sixième trompette est un appel solennel, un dernier avertissement. On peut la mettre en parallèle avec le sixième sceau, où les hommes se réfugient à l'intérieur de leur système, où ils se méprisent les uns les autres (hiérarchies).

9:13 Et le sixième ange sonna de la trompette, et j'entendis une voix [venant] des quatre cornes de l'autel d'or qui est en face de Dieu, 9:14 disant au sixième ange qui a la trompette : délie les quatre anges qui sont liés sur le fleuve, le grand Euphrate.

L'autel parle petit à petit à nos coeurs, au cours de notre histoire personnelle :

  • Noël, où le Seigneur reçoit Son Nom, qui monte en parfum de bonne odeur devant Dieu (cf. 8:4).
  • Vendredi saint : victime entièrement brûlée (intérieurement et extérieurement, comme Christ : coeur et corps brisés). Les braises portées sur l'encens sont Son Nom lié à Ses oeuvres.
  • Pâques : sang sur les 4 cornes (= Église, qui est sous le Sang, à laquelle Il donne Son Nom), propitiatoire.

Parallèlement, trois aspects de la même réalité de l'âme :

  • Euphrate = courant qui nous habite, psychisme (volonté de vivre de la chair ou selon le vieil homme).
  • Babylone, lieu spirituel, est sur l'Euphrate, sur les rives du péché.
  • Le principe de Babylone est la grande prostituée, l'humanité pécheresse.

Daniel, en exil à Babylone, y refusait toute nourriture, tout principe sortant de Babylone, toute prostitution à des idoles.

Nous avons ici ce qui constitue le fond de la bonne nouvelle : Babylone, où réside notre âme, peut devenir Jérusalem, si nous laissons le Seigneur venir y vivre.

Pour discerner le bien et le mal qui sont en nous (et par conséquent choisir entre les deux - processus qui se présentera toute notre vie durant), il ne suffit pas de voir clair : il faut de la lumière, Christ, pour nous éclairer - car il ne faut pas oublier que le "péché originel", le péché origine/cause des péchés, consiste à décider par nous-mêmes du bien et du mal, piège dans lequel on tombe facilement. Un "bien" peut en effet se révéler être un mal, et un "mal" un bien. Dieu, qui est amour, sait ce qu'Il fait : c'est pourquoi c'est Lui, par Son Esprit, qui nous dira ce qui est bien et ce qui est mal. Si nous le décidons de nous-mêmes, nous aurons de fortes chances de nous tromper - sans compter l'ennemi, qui nous tendra des pièges.


9:15 Et les quatre anges, qui avaient été préparés pour l'heure, et le jour, et le mois et l'année, furent déliés afin de tuer le tiers des hommes. 9:16 Et le nombre des armées de cavaliers était de deux myriades de myriades, et j'entendis leur nombre.

L'heure : un moment dans notre existence terrestre, le présent de Dieu, le moment favorable, même pour ceux de la onzième heure (Mat. 20).

Le jour : quand la terre a tourné devant le soleil, vu la lumière (cf. Mat. 24:14).

Le mois : quand le témoignage a été donné par l'Église (mois = relation terre-lune : la lune représente l'Église, car elle reflète la lumière du soleil).

L'année : quand le tour complet des aspects de la justice de Dieu a été effectué (année = relation terre-soleil, relation de notre terre intérieure avec le Soleil de Justice).

Le tiers des hommes : non pas le tiers du nombre des hommes, mais le tiers de chaque homme, l'esprit, tué par le péché, dont la puissance est la Loi (lire Romains).

Dernier avertissement : les anges accompliront ce qu'implique notre choix. Préparés pour le moment favorable (l'heure), pour la révélation de la lumière (le jour), pour accompagner le témoignage de l'Église (le mois) concernant la justice de Dieu (l'année), ils ont pour mission de tester si ces moyens mis à disposition par Dieu ont été accueillis (ce que la Bible appelle "piété"). S'ils trouvent l'homme sans metanoia, sans métamorphose, sans retour à Dieu, la mise à mort de l'esprit constituera la coupure définitive d'avec Dieu. Dans le cas contraire, nous sommes face-à-face avec Dieu, UN avec Lui. C'est une pierre de touche : les jugements/tris de Dieu mettent en évidence la Vie ou la mort, conformément au choix de l'homme, libre de choisir, mais responsable des conséquences de ce choix, en toute connaissance de cause, (ce) que rappelle ce dernier avertissement.

J'entendis : je compris.

Leur nombre : l'armée céleste balaie sur cette grande surface, qui est la dimension humaine dans le temps. 10 à la puissance 3 (plénitude de l'homme) X 10 (dans le temps [4ème "10", 4ème dimension de l'espace-temps] : tant qu'il y a des hommes) X 10 à la puissance 4 (les hommes se multiplient) X 2 (témoignage). Lire Chiffres et nombres de la Bible.

La conséquence du choix de vivre selon le vieil homme ou de la chair, c'est la mort spirituelle (un tiers tué) - la grâce, au contraire, procure vie, joie, paix, espérance.


9:17 Et voici comment, dans ma vision, je vis les chevaux et ceux qui sont assis sur eux : ils ont des thorax de feu, et d'hyacinthe et de soufre; et les têtes des chevaux sont comme des têtes de lions, et hors de leurs bouches il sort du feu, et de la fumée et du soufre.

Chevaux montés = forces dirigées.

Thorax de feu : colère, feu contre moi (à la Pentecôte : feu avec moi).

Hyacinthe : 11ème fondement de la Nouvelle Jérusalem - les ennemis sont condamnés par ces fondations : point de non-retour pour eux, espérance pour les élus.

Feu, fumée, soufre : malédictions pour le vieil homme ou la chair (feu dévorant, fumée aveuglante, soufre étouffant), bénédictions pour le nouvel homme (feu qui purifie, fumée des prières qui monte au ciel, soufre qui empêche la pourriture).

Têtes de lions : ces énergies (chevaux) sont très fortes quand à leur système de pensée, qui peut apporter le meilleur (l'oeil spirituel de Job a vu Dieu malgré le mal qui lui est arrivé) comme le pire (Adam et Eve ont chuté). Choisissons le bon camp...!


9:18 Par suite de ces trois plaies fut tué le tiers des hommes, par le feu, et la fumée et le soufre qui sortent hors de leurs bouches. 9:19 Car l'autorité des chevaux est dans leur bouche et dans leurs queues; car leurs queues sont semblables à des serpents, elles ont des têtes, et c'est par elles qu'elles traitent selon l'injustice.

Les hommes boivent du poison issu des oeuvres de leur vieil homme ou de leur chair (sortant de la bouche des chevaux) pour étancher leur soif, et meurent spirituellement (tiers de l'homme) - alors qu'en se tournant vers le Christ, ils boiraient de l'eau de la Vie.

Autorité : liberté d'agir, faculté de faire quelque chose.

Serpents : sagesse de démons (Jac. 3:15) pour égarer ceux qui vivent du vieil homme ou de la chair, mais sagesse spirituelle (Mat. 10:16) de ceux qui vivent du nouvel homme.

Ce que l'on gagne avec le vieil homme ou la chair finit par nous tuer, alors que la Vie est ce que gagnent ceux qui vivent de Christ, Homme Nouveau.


9:20 Et le reste des hommes, qui n'avaient pas été tués par ces plaies, ne métamorphosèrent même pas leurs pensées au sujet des oeuvres de leurs mains, afin de ne plus se prosterner devant les démons et les idoles d'or, et d'argent, et de bronze, et de pierre et de bois, qui ne peuvent ni regarder, ni entendre, ni marcher. 9:21 Et ils ne métamorphosèrent pas leurs pensées au sujet de leurs meurtres, ni de leurs drogues, ni de leurs fornications, ni de leurs vols.

Le reste : les 2/3 restants (non spirituels) dont il est question ici continuent de vivre, mais sans metanoia, car ils adorent une image autre que celle que Dieu nous donne.

Métamorphose de la pensée : metanoia.  Il s'agit de conversion (se tourner vers Dieu) et non pas de repentance (regret des fautes passées).

Ces plaies doivent amener ceux qui vivent du vieil homme à se convertir, ce qu'ils ne font pas, car leur vie spirituelle a été tuée par ce qui devait les amener à Dieu, car ils y ont résisté au lieu de se laisser "corriger" (dans le sens positif du terme, comme on corrige la trajectoire d'une fusée : "pécher" ne veut-il pas dire "viser à côté", "manquer la cible" ?).

Or : pseudo-sainteté (par ex. loi), qui remplace la relation homme/Dieu (en Christ, par l'Esprit).

Argent : travail ciselé, fioritures, ce qui n'est que paroles (en l'air).

Bronze : base solide, mais mélange (= impureté).

Pierre : idée collective, institution.

Bois : idée individuelle, personnelle.

Qui ne peuvent : qui n'ont pas la faculté, la capacité.

Regarder : avec les yeux de l'esprit.

Entendre : comprendre.

Ni marcher : ils font du sur-place.

Meurtres : on peut tuer quelqu'un dans sa foi, ou empêcher la vie de naître (p.ex. le baptême des enfants : on laisse croire que tout est fait).

Drogues : guérison artificielle, substitution (on fait passer les choses en y substituant nos "drogues" : lois qui décriminalisent, psy- qui déculpabilisent, sont du valium spirituel). Toutes les ivresses : sport, musique, argent, travail, religion, qui en soi ne sont pas mauvais, mais le deviennent s'ils sont une fin en soi, une idolâtrie. Au contraire de l'ivresse, la foi rend conscient.

Fornications : p.ex.: épouser une idéologie, une idée contraire à la justice de Dieu, un système religieux.

Vols : p.ex.: ne pas donner le juste salaire, demander des intérêts (qui sont contraires à la vie du juste par la foi). Ou voler le salut, en remplaçant la foi par la religion.

Le péché contre l'Esprit, c'est de ne pas vouloir se tourner vers Dieu, de peur qu'Il nous métamorphose avec pour moteur Christ en nous. Cela peut aussi consister à remplacer Dieu par la religion : la religion est inventée par l'homme pour fuir Dieu (à méditer...)


Se construire sa propre réalitéL'adoration s'égare du "réel" de Dieu sans image, pour se fixer sur les représentations que les hommes se construisent du divin. Ils le mettent ainsi à leur portée et au service de leurs rêves, ambitions ou fantaisies. Ces représentations, "les démons et les idoles", ont beau être "d'or, d'argent, de bronze, de pierre ou de bois", elles "ne peuvent ni regarder, ni entendre, ni marcher", sinon pour renvoyer à leurs auteurs leur propre image, l'écho de leurs manières de parler et de désirer, le reflet de leur bougeotte et de leurs projets.

D'après L'Apocalypse de Jean (Jean Delorme & Isabelle Donegani) page 225


 
Si vous parcourez internet à la recherche d'études sur le livre de l'Apocalypse, vous découvrirez combien les esprits sont dans la confusion, combien l'esprit de ce siècle a embrumé l'entendement des hommes qui prétendent pourtant éclairer leurs semblables. Si après la lecture d'une de ces études vous êtes troublé(e) et perdez contact avec la réalité, cette étude n'est pas sain(t)e. Une étude inspirée du Saint-Esprit doit libérer notre esprit, et renforcer le fait que nous sommes en Christ. Christ doit en priorité être en nous, et non pas un personnage indistinct que l'on croit discerner ici ou là dans le livre de l'Apocalypse. L'étude saine de ce livre a pour conséquence une liberté indescriptible, celle des enfants du Père. Jésus est venu apporter la vérité, qui libère, et non pas le trouble des esprits!

Interpréter correctement un texte biblique

  1. Interpréter le verset dans son contexte

  2. Se demander : "de qui, à qui le verset parle-t-il ?" p.ex., faire attention de pas prendre les avertissements adressés aux chrétiens comme étant destinés aux nations : nous ne sommes pas sur le même terrain (eux ne savent pas, nous n'avons pas à les juger)

  3. Bien comprendre l'esprit d'un verset : qu'y figure une banque ou un soldat, ne justifie pas le prêt à intérêt ou la guerre

  4. Où se trouve le référentiel : la scène est-elle décrite vue du ciel (Dieu) ou de la terre (hommes) ? ceci est très important pour une bonne approche du livre de l'Apocalypse

  5. Le passage s'applique-t-il à notre monde intérieur, extérieur, les deux ? en fait, beaucoup de termes (souverain, plaie, montagne, etc.) peuvent être pris aux trois niveaux : littéral, psychique, spirituel - mais le niveau le plus éclairant sera toujours le spirituel, à partir duquel découlera le sens des deux autres

  6. Interpréter les symboles de manière christocentrique : nous avons affaire à la révélation du Christ

  7. Interpréter la Bible par la Bible - expliquer l'AT par le NT, et éclairer le NT avec l'AT : c'est le même Esprit qui a inspiré chaque verset de la Bible

AUTORITÉ ET PUISSANCE DE LA BIBLE

Nous affirmons l'inspiration divine, la vérité et l'autorité de l'Écriture, l'Ancien et le Nouveau Testament, dans sa totalité. Il n'y a point d'erreur dans tout ce qu'elle affirme. Elle est la seule Parole écrite de Dieu et l'unique règle infaillible de foi et de vie. Nous affirmons aussi que cette Parole est puissante pour accomplir le dessein de salut de Dieu. Le message de la Bible s'adresse à l'humanité entière car la révélation de Dieu dans le Christ, telle que nous la trouvons dans l'Écriture, ne saurait changer. Par elle, le Saint-Esprit continue à nous parler aujourd'hui; dans chaque culture il illumine l'intelligence du peuple de Dieu afin qu'il perçoive personnellement et de façon nouvelle la vérité divine et il révèle ainsi à l'Église entière la sagesse infiniment variée de Dieu. (extrait de la déclaration de Lausanne)
Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)

Toute reproduction de ces textes, en totalité ou en partie, est interdite sous peine de bénédictions éternelles :-)

Le contenu des textes appartenant à des sites non gérés par bibletude n'engage que leurs auteurs respectifs, devant Dieu et devant les hommes, et n'engage en rien bibletude
L'Apocalypse est l'Évangile de Jésus-Christ ressuscité (Bossuet)

Le plus grand poème spirituel de la littérature mondiale (H. Mühlestein)

Tout éloge lui est inférieur (Jérôme)