Rechercher dans ce blog

Vous êtes sur apocalypse.bibletude.org. Les points d'entrée de chapitres se trouvent dans la colonne de gauche et dans les onglets ci-dessus (plus complets). L'ensemble de ces points d'entrée se trouve dans la page Contenu du site.
Le livre de l'Apocalypse est intemporel: il s'adresse à chacun, dans sa situation présente, et exhorte chaque lecteur à choisir le chemin qui mène à la Nouvelle Jérusalem. Les symboles du livre de l'Apocalypse représentent avant tout des états intérieurs de l'âme humaine, états qui, de par le comportement humain, déteignent sur la société et, au bout du compte, font l'Histoire.

10:1-11 : Le petit livre ouvert

Nous avons vu précédemment que Dieu prend des risques en pariant sur nous : en effet, une même circonstance peut mener à une malédiction comme à une bénédiction, selon qu'on l'accueille avec le vieil homme (pour les égarés) ou la chair (pour les sauvés), ou avec le nouvel homme.

Nous en avons deux exemples dans l'AT, Joseph et Job : si Dieu se permet de prendre le risque d'autoriser Satan à nous envoyer des épreuves, c'est parce qu'Il sait que c'est Lui qui aura le dernier mot - les épilogues heureux des deux histoires de Joseph et de Job en témoignent.

Cependant, nous restons libres (les versets 9 à 13 du premier chapitre de l'Evangile de Jean nous le montrent clairement...) : libres d'accepter ou de refuser le contenu du petit livre dont il sera question ici.


10:1 Et je vis un autre ange fort qui descendait hors du ciel, enveloppé d'une nuée, avec l'arc-en-ciel sur sa tête, et sa face comme le soleil, et ses pieds comme des colonnes de feu,

L'ange est un messager, qui apporte une nouvelle (l'évangile, qui contient le mot ange, est la bonne nouvelle). Christ est ici l'ange fort, l'envoyé par excellence (cf. 8:3). Il descend hors du ciel, passe du monde spirituel à notre monde réceptif puis sensible (Révélation de l'Esprit à notre esprit puis à notre âme) pour nous révéler son Évangile de salut.

Nuée : limite entre perceptible pour les sens, visible, et spirituel, invisible pour les sens. Nous voyons le spirituel si nous sommes réglés sur la fréquence de Dieu : son Esprit. Nous en avons un avant-goût en voyant ceux qui reflètent Sa lumière. Pour cela, il ne faut pas être mort/aveugle/endormi spirituellement (trois états où l'on ne voit pas).

L'arc-en-ciel est en même temps au ciel et sur la terre : alliance entre ciel et terre, entre Dieu et les hommes, par Jésus, nouvelle alliance par la nouvelle naissance, qui est engendrement d'en haut, mais aussi alliance entre l'Esprit et l'âme : l'Esprit guidera l'âme (à travers l'esprit de l'homme), et l'âme suivra l'esprit inspiré par l'Esprit.

L'arc-en-ciel nous montre également que Dieu nous parle là où nous en sommes : chacune de ses couleurs est une composante de la lumière blanche, de la Lumière de Dieu, et Il nous éclaire avec la composante dont nous avons besoin, ici et maintenant.

Sa tête : sa pensée, qui est que nous soyons là où Il est, dans Sa Présence, transmise par l'Esprit (qui nous transporte dans la Réalité de Son Royaume). Nous en Lui (à la Croix) et Lui en nous (par le Saint-Esprit).

Sa face comme le soleil : on y voit sa justice (soleil de justice), ses exigences, mais aussi sa lumière et son amour. Sa justice est impraticable si ce n'est pas Lui qui la réalise en nous. Et précédant sa justice, il y a sa justification. La justice de Dieu ne va pas sans la justification par Christ.

Colonnes : fermeté dans ce qu'Il dit (ça tient!) - de feu : baptême d'Esprit.
Tout ce qu'Il dit ne tient que si nous le comprenons via l'Esprit (les soi-disant contradictions de la Bible viennent de ce qu'on traduit et/ou interprète les textes sans l'Esprit).


10:2 et il avait dans sa main un petit livre ouvert. Et il posa son pied droit sur la mer et le gauche sur la terre, 10:3 et il cria d'une voix grande, comme un lion qui rugit. Et lorsqu'il cria, les sept tonnerres parlèrent leurs voix.

Un petit livre ouvert : l'Evangile, littéralement "la bonne nouvelle". Quelle bonne nouvelle ? celle qui annonce que notre territoire intérieur est potentiellement libéré : il suffit d'accueillir Le Roi et son armée céleste pour être entièrement libéré.

Petit : petit comme la porte est étroite. Pourquoi étroite ? parce que le coeur de l'homme naturel ne supporte pas la vérité, vérité concernant son état d'égaré, et dont le salut est effectué par Un Autre, et non par ses propres forces. L'orgueil tient éloigné de Dieu. L'amour, la Vérité, la Justice dans ce monde de ténèbres sont une porte étroite.

Ouvert : pour que tous ceux qui veulent puissent le lire. Il est ouvert à l'esprit, compréhensible.

Droite = grâce, Gauche = condamnation.
C'est nous qui choisissons : accepter le salut ouvre la porte de la grâce, le refuser ferme la porte de la prison de notre condamnation.

Mer : mondes intérieurs fluctuants. Il y met son pied et pourra calmer la tempête.

Terre : structures sur lesquelles on bâtit, idéologies/idoles, mais aussi potentiellement terre promise.

Il cria : Il appelle à la justice (justification pour les graciés, réprobation pour ceux qui refusent la grâce).

Grande voix : aussi grande que la mort des hommes, que Babylone.

Lion : Lion de Juda, qui dévore la chair (aux trois niveaux) pour que ne subsiste que l'Esprit.
La chair peut en effet se trouver aux trois niveaux :
- corps (tous les débordements accomplis par ou sur le corps)
- âme (pensées mauvaises, sentiments dévoyés, volonté faible)
- esprit (conscience affaiblie, intuition endormie, relation coupée d’avec l'Esprit)

Sept tonnerres : jugement/tri, constatation de ce qui a eu lieu (l'éclair : que la lumière soit! Ici : sur la réalité des hommes).


10:4 Et lorsque les sept tonnerres parlèrent, j'étais sur le point d'écrire, et j'entendis une voix [venant] du ciel disant : scelle ce que parlèrent les sept tonnerres et ne l'écris pas.

Le jugement définitif est pour plus tard : "je ne suis pas venu pour juger, mais pour sauver".
(jugement signifie littéralement tri)

Le temps est suspendu : c'est le temps de la grâce.
(à chacun de l'accueillir : Dieu nous laisse le libre arbitre)

Les épreuves ne seront pas des condamnations, mais des mesures pédagogiques pour ouvrir les yeux des récalcitrants, et les rapprocher du Seigneur de leur salut potentiel.
(le salut est là, mais encore faut-il l'accueillir, et le mettre en oeuvre [Philippiens 2:12])


10:5 Et l'ange que j'avais vu debout sur la mer et sur la terre leva sa main droite vers le ciel 10:6 et jura en celui qui vit pour les éternités d'éternités, qui a créé le ciel et ce qui s'y trouve, et la terre et ce qui s'y trouve, et la mer et ce qui s'y trouve, qu'il n'y aurait plus de temps, 10:7 mais qu'aux jours de la voix du septième ange, lorsqu'il est sur le point de sonner de la trompette, alors serait au but le mystère de Dieu, comme il en a annoncé la bonne nouvelle à ses esclaves les prophètes.

Mer-terre-ciel (v.5) : ordre inverse de la création du v.6 : on remonte le temps, qui est suspendu - il n'y a plus d'avant ou d'après - pas plus qu'il n'y a de chronologie dans le livre de l'Apocalypse.

Ciel : lieux célestes et ce qui s'y trouve - notre esprit, qui est relation à Dieu, conscience, intuition.

Terre : terre promise, notre terre intérieure promise à Christ, et ce qui s'y trouve - pensées, sentiments, volonté.

Mer : fluctuations de notre âme, et ce qui s'y trouve - notre subconscient, nos blessures, notre animalité.

Tout notre être est pris en considération dans le salut par grâce (main droite levée), et Dieu qui l'a créé désire son salut complet.

Il n'y aurait plus de temps : tout se terminera finalement comme tout a commencé (cf. 8:1) - on se réveillera tous un jour de l'autre côté (de l'autre côté, le temps n'existe plus, nous sommes hors du temps. Ainsi, par exemple, tous les chrétiens décédés arrivent en même temps au Ciel, comme l'a vu Paul lorsqu'il a été ravi en extase, et qu'il vit tout les chrétiens "enlevés" au même instant).

Selon Eccl.11:3, si un arbre tombe, vers le midi ou vers le nord, à l'endroit où l'arbre sera tombé, là il sera : sommes-nous dans l'acceptation du salut, ou dans son rejet ? Lorsque nous sortirons de ce corps/chrysalide, sera-ce pour revêtir le corps de gloire, ou pour être précipités dans l'étang de feu ?

Le 7ème ange : le dernier, celui de l'achèvement en plénitude de toutes choses, quand nous verrons Dieu face-à-face - et que sera au but le mystère de Dieu - dans la mesure où nous aurons dès notre vie terrestre accepté d'entrer dans son salut gratuit.


10:8 Et la voix que j'avais entendue [venant] du ciel parlait de nouveau à côté de moi, et disant : va, prends le livre ouvert dans la main de l'ange qui se tient debout sur la mer et sur la terre. 10:9 Et je m'en allai vers l'ange, lui disant de me donner le petit livre. Et il me dit : prends et dévore-le; et il rendra ton ventre amer, mais dans ta bouche il sera doux comme du miel. 10:10 Et je pris le petit livre hors de la main de l'ange et je le dévorai; et dans ma bouche, comme miel il était doux, mais lorsque je l'eus mangé, mon ventre fut rendu amer.

Voix : c'est la voix du sacrifice qui parle (cf. 9:13), parce qu'il faut comprendre qu'il y a eu un sacrifice pour pouvoir manger le petit livre, il faut se convertir, se tourner vers Dieu, pour recevoir ensuite la nourriture spirituelle.

Va : change de terrain, sors du système, de la tradition, du naturel (psy) pour te tourner vers la Vérité du petit livre : c'est la conversion, le retournement, pour le face-à-face avec Dieu.

Prends : saisis, utilise tes facultés de compréhension.

Dévore : catabolise. Le métabolisme est la transformation de la nourriture dans notre organisme, se déroulant en deux phases : anabolisme, réception, et catabolisme, libération d'énergie. C'est la nouvelle naissance, l'engendrement d'en haut.

Miel : Joie d'avoir trouvé la vérité et le salut (cf. Jér. 15:16).

Amer : ce qu'éprouve notre chair quand elle réalise le mauvais en nous et autour de nous.


10:11 Et ils me disent : il te faut de nouveau prophétiser sur des peuples, et des nations, et des langues et des rois multiples.

Ils me disent : la trinité - le Père a fait l'autel, le Fils a fait l'arc-en-ciel, et l'Esprit dit : prophétise, sois un bon témoin.

De nouveau : davantage, maintenant que tu as vu davantage.

Voir 5:9
 
Si vous parcourez internet à la recherche d'études sur le livre de l'Apocalypse, vous découvrirez combien les esprits sont dans la confusion, combien l'esprit de ce siècle a embrumé l'entendement des hommes qui prétendent pourtant éclairer leurs semblables. Si après la lecture d'une de ces études vous êtes troublé(e) et perdez contact avec la réalité, cette étude n'est pas sain(t)e. Une étude inspirée du Saint-Esprit doit libérer notre esprit, et renforcer le fait que nous sommes en Christ. Christ doit en priorité être en nous, et non pas un personnage indistinct que l'on croit discerner ici ou là dans le livre de l'Apocalypse. L'étude saine de ce livre a pour conséquence une liberté indescriptible, celle des enfants du Père. Jésus est venu apporter la vérité, qui libère, et non pas le trouble des esprits!

Interpréter correctement un texte biblique

  1. Interpréter le verset dans son contexte

  2. Se demander : "de qui, à qui le verset parle-t-il ?" p.ex., faire attention de pas prendre les avertissements adressés aux chrétiens comme étant destinés aux nations : nous ne sommes pas sur le même terrain (eux ne savent pas, nous n'avons pas à les juger)

  3. Bien comprendre l'esprit d'un verset : qu'y figure une banque ou un soldat, ne justifie pas le prêt à intérêt ou la guerre

  4. Où se trouve le référentiel : la scène est-elle décrite vue du ciel (Dieu) ou de la terre (hommes) ? ceci est très important pour une bonne approche du livre de l'Apocalypse

  5. Le passage s'applique-t-il à notre monde intérieur, extérieur, les deux ? en fait, beaucoup de termes (souverain, plaie, montagne, etc.) peuvent être pris aux trois niveaux : littéral, psychique, spirituel - mais le niveau le plus éclairant sera toujours le spirituel, à partir duquel découlera le sens des deux autres

  6. Interpréter les symboles de manière christocentrique : nous avons affaire à la révélation du Christ

  7. Interpréter la Bible par la Bible - expliquer l'AT par le NT, et éclairer le NT avec l'AT : c'est le même Esprit qui a inspiré chaque verset de la Bible

AUTORITÉ ET PUISSANCE DE LA BIBLE

Nous affirmons l'inspiration divine, la vérité et l'autorité de l'Écriture, l'Ancien et le Nouveau Testament, dans sa totalité. Il n'y a point d'erreur dans tout ce qu'elle affirme. Elle est la seule Parole écrite de Dieu et l'unique règle infaillible de foi et de vie. Nous affirmons aussi que cette Parole est puissante pour accomplir le dessein de salut de Dieu. Le message de la Bible s'adresse à l'humanité entière car la révélation de Dieu dans le Christ, telle que nous la trouvons dans l'Écriture, ne saurait changer. Par elle, le Saint-Esprit continue à nous parler aujourd'hui; dans chaque culture il illumine l'intelligence du peuple de Dieu afin qu'il perçoive personnellement et de façon nouvelle la vérité divine et il révèle ainsi à l'Église entière la sagesse infiniment variée de Dieu. (extrait de la déclaration de Lausanne)
Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)

Toute reproduction de ces textes, en totalité ou en partie, est interdite sous peine de bénédictions éternelles :-)

Le contenu des textes appartenant à des sites non gérés par bibletude n'engage que leurs auteurs respectifs, devant Dieu et devant les hommes, et n'engage en rien bibletude
L'Apocalypse est l'Évangile de Jésus-Christ ressuscité (Bossuet)

Le plus grand poème spirituel de la littérature mondiale (H. Mühlestein)

Tout éloge lui est inférieur (Jérôme)