Rechercher dans ce blog

Vous êtes sur apocalypse.bibletude.org. Les points d'entrée de chapitres se trouvent dans la colonne de gauche et dans les onglets ci-dessus (plus complets). L'ensemble de ces points d'entrée se trouve dans la page Contenu du site.
Le livre de l'Apocalypse est intemporel: il s'adresse à chacun, dans sa situation présente, et exhorte chaque lecteur à choisir le chemin qui mène à la Nouvelle Jérusalem. Les symboles du livre de l'Apocalypse représentent avant tout des états intérieurs de l'âme humaine, états qui, de par le comportement humain, déteignent sur la société et, au bout du compte, font l'Histoire.

8:3-6 : Tonnerres, voix, éclairs, séisme

8:3 Et un autre ange vint et se plaça sur l'autel avec un encensoir d'or, et il lui fut donné de multiples parfums qu'il devait donner avec les prières de tous les saints sur l'autel d'or qui est en face du trône. 8:4 Et la fumée des parfums monta hors de la main de l'ange, avec les prières des saints, en face de Dieu. 8:5 Et l'ange prit l'encensoir, et le remplit du feu de l'autel et le jeta sur la terre. Et il y eut des tonnerres, et des voix, et des éclairs, et un séisme. 8:6 Et les sept anges qui avaient les sept trompettes se préparèrent à en sonner.

Un autre ange : Jésus, l'Ange de l'Éternel de l'Ancien Testament.

Le Fils est présent dès le début :
  • Dans le Principe, Elohim (pluriel)...
  • "Faisons l'homme à notre image"
  • L'Arbre de Vie (voir plus loin)
  • Le buisson ardent (voir plus loin)
  • etc.

Vint : Christ vient à tout instant (parousie = présence) : à nous de Le voir (yeux spirituels) et de L’accueillir (coeur régénéré)! 

Étant prêts grâce aux avertissements des trompettes, nous pouvons donner à Dieu le culte qui Lui est dû :
  • première partie du culte (ou première forme du culte) : offrande de parfum, fruit de lèvres qui prononcent son Nom. Cantique des Cantiques 1:3 : ton Nom est comme un parfum répandu. Et quand nos prières sont enveloppées de son Nom, elles montent.
  • seconde partie du culte (ou seconde forme du culte) : la Cène, ici l'autel des holocaustes, Jésus tout entier détruit pour nous. Lorsque nous revêtons Christ, nous revêtons aussi cette destruction, celle de notre vieil homme.
L'encens est le sang du cèdre (*) : le fait que la fumée monte, montre que Dieu agrée ces prières et le sacrifice de la Croix.

Christ est montré sous différentes formes dans l'Ancien Testament, particulièrement en rapport avec les arbres, le bois - exemples : l'Arbre de Vie, le Buisson Ardent, l'Echelle de Jacob.

Chacune de ces représentations de Christ est en bois, le bois de la Croix :
  • Christ est l'Arbre de Vie (litt. le Bois de Vie), car Il EST la Vie.
  • Christ est le Buisson Ardent, car, Son Coeur brûle pour nous, sans jamais diminuer en ferveur, et cet Amour annonce que Dieu va prononcer des paroles qui mèneront au salut (les commandements, qui sont le pédagogue qui mène à la grâce) - et le feu de l'étang de soufre ne peut l'atteindre, car il est d'une autre nature.
  • Christ est l'Échelle de Jacob, car Il est le médiateur entre l'Homme et Dieu, et nous met en relation avec le Père, ayant par Son sacrifice déchiré le voile de la séparation.

Saints : mis à part, rachetés. Tous nous sommes saints, si nous sommes en Christ.

Versets 4 & 5 : deux mouvements : monta (culte) et jeta (jugement, qui pourra mener à la metanoia s'il y a entente/compréhension et écoute/obéissance).

Feu jeté = jugement : le tonnerre est un feu lointain qui vient du ciel et montre l'antagonisme entre le ciel et la terre.

Nous comprenons/entendons alors (voix), et nos yeux s'ouvrent, la lumière se fait en nous (éclairs), et le Seigneur vivant peut alors rencontrer le pécheur : rencontre de deux blocs, séisme (notre ancien système de valeurs et de normes s'effondre).

Les choses sont dans cet ordre : jugement, témoignage, lumière, metanoia, car elles sont vues de la terre - en 4:5, l'ordre est inversé, car vu du ciel : Dieu, prophètes, jugement.

Le jugement dont il est question ici est celui qui mène à la prise de conscience de notre état d'hommes séparés de l'amour du Père - cette prise de conscience mène soit à un retour sur nous-mêmes (metanoia), soit à un refus de voir, qui est équivalent à un jugement que nous attirons sur nous. Le jugement est littéralement "le tri".

Accepter de se voir tel qu'on est, accepter le remède de Christ (son sang purificateur) mène au salut (santé corps - âme - esprit) par l'acceptation de notre jugement déjà effectué à la Croix.

Refuser de voir la réalité équivaut à refuser ce cadeau, et à rester dans le jugement (c'est donc nous-mêmes qui nous condamnons).



(*) le mot employé en grec pour encens et encensoir contient le mot "Liban", pays des cèdres.
    
Si vous parcourez internet à la recherche d'études sur le livre de l'Apocalypse, vous découvrirez combien les esprits sont dans la confusion, combien l'esprit de ce siècle a embrumé l'entendement des hommes qui prétendent pourtant éclairer leurs semblables. Si après la lecture d'une de ces études vous êtes troublé(e) et perdez contact avec la réalité, cette étude n'est pas sain(t)e. Une étude inspirée du Saint-Esprit doit libérer notre esprit, et renforcer le fait que nous sommes en Christ. Christ doit en priorité être en nous, et non pas un personnage indistinct que l'on croit discerner ici ou là dans le livre de l'Apocalypse. L'étude saine de ce livre a pour conséquence une liberté indescriptible, celle des enfants du Père. Jésus est venu apporter la vérité, qui libère, et non pas le trouble des esprits!

Interpréter correctement un texte biblique

  1. Interpréter le verset dans son contexte

  2. Se demander : "de qui, à qui le verset parle-t-il ?" p.ex., faire attention de pas prendre les avertissements adressés aux chrétiens comme étant destinés aux nations : nous ne sommes pas sur le même terrain (eux ne savent pas, nous n'avons pas à les juger)

  3. Bien comprendre l'esprit d'un verset : qu'y figure une banque ou un soldat, ne justifie pas le prêt à intérêt ou la guerre

  4. Où se trouve le référentiel : la scène est-elle décrite vue du ciel (Dieu) ou de la terre (hommes) ? ceci est très important pour une bonne approche du livre de l'Apocalypse

  5. Le passage s'applique-t-il à notre monde intérieur, extérieur, les deux ? en fait, beaucoup de termes (souverain, plaie, montagne, etc.) peuvent être pris aux trois niveaux : littéral, psychique, spirituel - mais le niveau le plus éclairant sera toujours le spirituel, à partir duquel découlera le sens des deux autres

  6. Interpréter les symboles de manière christocentrique : nous avons affaire à la révélation du Christ

  7. Interpréter la Bible par la Bible - expliquer l'AT par le NT, et éclairer le NT avec l'AT : c'est le même Esprit qui a inspiré chaque verset de la Bible

AUTORITÉ ET PUISSANCE DE LA BIBLE

Nous affirmons l'inspiration divine, la vérité et l'autorité de l'Écriture, l'Ancien et le Nouveau Testament, dans sa totalité. Il n'y a point d'erreur dans tout ce qu'elle affirme. Elle est la seule Parole écrite de Dieu et l'unique règle infaillible de foi et de vie. Nous affirmons aussi que cette Parole est puissante pour accomplir le dessein de salut de Dieu. Le message de la Bible s'adresse à l'humanité entière car la révélation de Dieu dans le Christ, telle que nous la trouvons dans l'Écriture, ne saurait changer. Par elle, le Saint-Esprit continue à nous parler aujourd'hui; dans chaque culture il illumine l'intelligence du peuple de Dieu afin qu'il perçoive personnellement et de façon nouvelle la vérité divine et il révèle ainsi à l'Église entière la sagesse infiniment variée de Dieu. (extrait de la déclaration de Lausanne)
Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)

Toute reproduction de ces textes, en totalité ou en partie, est interdite sous peine de bénédictions éternelles :-)

Le contenu des textes appartenant à des sites non gérés par bibletude n'engage que leurs auteurs respectifs, devant Dieu et devant les hommes, et n'engage en rien bibletude
L'Apocalypse est l'Évangile de Jésus-Christ ressuscité (Bossuet)

Le plus grand poème spirituel de la littérature mondiale (H. Mühlestein)

Tout éloge lui est inférieur (Jérôme)