Rechercher dans ce blog

Vous êtes sur apocalypse.bibletude.org. Les points d'entrée de chapitres se trouvent dans la colonne de gauche et dans les onglets ci-dessus (plus complets). L'ensemble de ces points d'entrée se trouve dans la page Contenu du site.
Le livre de l'Apocalypse est intemporel: il s'adresse à chacun, dans sa situation présente, et exhorte chaque lecteur à choisir le chemin qui mène à la Nouvelle Jérusalem. Les symboles du livre de l'Apocalypse représentent avant tout des états intérieurs de l'âme humaine, états qui, de par le comportement humain, déteignent sur la société et, au bout du compte, font l'Histoire.

7:1-17 : Les 144'000

7:1 A côté de cela, je vis, debout aux quatre angles de la terre, quatre anges ayant puissance sur les quatre vents de la terre, pour qu'il ne soufflât pas de vent sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre.

A côté de cela : également au verset 9, ce qui divise ce chapitre en 2 parties :
  • aux versets 1 à 8, nous voyons les sauvés sur terre, la condition humaine de l'Église depuis 2000 ans
  • aux versets 9 à 17, nous voyons les sauvés ressuscités, au ciel (car là est le trône de Dieu, Matthieu 5:34), et nous assistons à un culte comme au chapitre 5, verset 6 et suivants

Debout : vivants, dignes, de gloire (la gloire est la manifestation de la victoire de la Vie sur la mort).

Quatre angles de la terre : les quatre points d'ancrage en nous (terre intérieure) par rapport auxquels on peut définir notre personnalité, et par là-même notre comportement :
  • la peur, révélée par le péché, et qui suppose le jugement (1er vent)
  • l'amour, révélé par la foi, et qui suppose la grâce (2ème vent)
  • la religion, révélée par la chair, et qui suppose la dépendance (3ème vent)
  • la vérité, révélée par l'Esprit, et qui suppose la liberté (4ème vent)

Notre comportement est un équilibre entre amour et peur (qui supposent respectivement grâce et jugement) et vérité et religion (qui supposent respectivement liberté et dépendance).

Amour et vérité ensemble constituent l'équilibre appelé Justice :
  • l'amour sans vérité est sentimentalisme
  • la vérité sans amour est lettre qui tue

Religion et peur ensemble constituent le déséquilibre appelé injustice, abomination :
  • la religion se sert de la peur pour rendre dépendant d'elle
  • la peur se sert de la religion pour donner une fausse impression de sécurité

Les quatre anges (qui sont des esprits, selon Hébreux 1:7) maîtrisent les quatre vents (voir ci-dessous) pour qu'ils ne commettent pas injustice en s'attaquant à ceux qui vivent dans des systèmes de l'ennemi (représentés par la terre et la mer dont sont issues les 2 bêtes, et par des arbres qui sont les hommes - voir plus bas) jusqu'à ce qu'ils s'abandonnent à Christ : c'est le temps de la grâce.

Cf. 1 Thess. 2:6, où le Saint-Esprit (qui réveille pour susciter la foi) retient l'esprit anti-christ (qui suscite la religion qui endort).

Quatre vents : agitation de l'âme, qui balance entre le nord (jugement), le sud (grâce), l'ouest (dépendance) et l'est (liberté).

4 angles + 4 anges + 4 vents = plénitude de notre monde intérieur (3x4).


7:2 Et je vis un autre ange monter du soleil levant, ayant le sceau du Dieu vivant; et il cria d'une voix grande aux quatre anges auxquels il a été donné de commettre injustice à la terre et à la mer, 7:3 disant : ne commettez pas injustice à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu'à ce que nous ayons marqué d'un sceau sur leur front les esclaves de notre Dieu.

Pourquoi cette expression commettre injustice ? parce que la Justice de Dieu est que tout le monde puisse être sauvé. Ce temps de la grâce est annoncé par le Soleil de Justice : nous avons toute la vie (du matin au soir, du soleil levant au soleil couchant) pour être scellés du sceau de notre Dieu en lieu et place du chiffre de la bête.

Terre : monde intérieur encore régi par l'esprit du vieil homme (pourtant mort), la chair. On y construit les id[é]oles, nos vies, nos personnalités, échafaude des projets, bâtit des systèmes religieux.

Mer : états d'âme, masse fluctuante des âmes, nations.

Arbres : c'est toi! (Daniel 4:22). Tes racines peuvent plonger dans la terre promise et en recevoir nourriture, tes branches louer, tournées vers le ciel, produisant des fruits, leurs feuilles vivant de la lumière et produisant de quoi respirer. Mais tes racines peuvent aussi plonger dans la mauvaise terre et en recevoir nourriture empoisonnée, tes branches être ballantes, sèches, sans fruit, sans feuilles... Seras-tu arbre de vie spirituelle, ou arbre de moralité mortifère, arbre de la connaissance du bien et du mal ?

Sceau sur le front : ce sont les pensées du Seigneur qui animent les élus. Nous sommes invulnérables dans la mesure où nous marchons (Ezéchiel 9:4 et suivants).

On pourrait paraphraser ce verset : ne faites pas selon leur injustice.


7:4 Et j'entendis le nombre de ceux qui étaient marqués d'un sceau : cent quarante-quatre milliers marqués d'un sceau hors de chaque tribu des fils d'Israël. 7:5 Hors de la tribu de Juda, douze milliers étaient marqués d'un sceau; hors de la tribu de Ruben, douze milliers; hors de la tribu de Gad, douze milliers; 7:6 hors de la tribu d'Aser, douze milliers; hors de la tribu de Nephtali, douze milliers; hors de la tribu de Manassé, douze milliers; 7:7 hors de la tribu de Syméon, douze milliers; hors de la tribu de Lévi, douze milliers; hors de la tribu d'Issachar, douze milliers; 7:8 hors de la tribu de Zabulon, douze milliers; hors de la tribu de Joseph, douze milliers; hors de la tribu de Benjamin, douze milliers étaient marqués d'un sceau.

144'000 : témoignage de l'intervention de Dieu dans l'Histoire des hommes pour les sauver :
  • 1'000, c'est l'humanité rachetée : 10 à la puissance 3, l'humanité (10) rachetée, car appartenant à Dieu (qui est 3)
  • 144, c'est l'Histoire des hommes : 12 à la puissance 2 (2 est le témoignage, et l'Histoire des hommes ce sont les 12 tribus d'Israël, le vieil homme, qui vit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal (la Loi) et les 12 apôtres qui représentent leur finalité spirituelle, l'homme nouveau, qui vit de l'arbre de Vie)

Tous ont 12.000 : égalité du rachat (hors de), familles des rachetés de toute dénomination égales les unes par rapport aux autres.

Bien que Ruben (= voyez/voilà un fils) soit l'aîné, Juda (= louange à YaHWeH) vient en tête, car de lui sort le Christ, chef du nouvel Israël. Christ s'est abaissé, tandis que Ruben, au contraire, s'est fait Dieu en se mettant à la place de son père (Gen. 49:4). Ruben et Gad (= une bonne part, grand bonheur) sont restés sur la rive gauche, après avoir aidé les autres à traverser le Jourdain. Ils sont donc les premiers exposés à Babylone, assimilés aux nations, donc les premiers sauvés.

Gad, Aser (= heureux) et Nephtali (= ma lutte) sont fils d'esclaves. Manassé (= Dieu m'a fait oublier ma peine) est fils d'une femme des nations. Syméon (= qui a été entendu, exaucé), Lévi (= relation, attachement), Issachar (= rétribution) et Zabulon (= habitation) sont fils de Léa.

Joseph (= qu'il ajoute) et Benjamin (= fils de ma droite) sont fils de Rachel. Juda et Benjamin sont les deux seules tribus revenues d'exil. Étant les premier et dernier cités, ils constituent l'avant- et arrière-garde.

Dan manque : cf Gen. 49:17, où il est assimilé à un serpent. Son nom signifie jugement : il n'y a ni jugement ni serpent dans l'Israël de Dieu. C'est un fils de Joseph, Manassé, qui le remplace. Le frère de celui-ci, Éphraïm, a été vomi de la bouche de Dieu, car il est tiède (Osée 5:11). Il tamise la vérité et prend ce qui lui plaît : en Juges 1:29, il ne chasse pas les Cananéens, qui représentent ce qui dans notre monde intérieur n'est pas de Dieu (on naît Cananéen). Il n'a pas pris possession de lui-même, mais laisse traîner en lui les valeurs de ses pères (cf. 1 Pierre 1:18).

Ces 12 tribus ne sont de toute évidence pas l'Israël terrestre, mais l'Israël de Dieu, et représentent les différentes caractéristiques de l'Église Corps de Christ.

En mettant bout à bout la signification des noms des tribus d'Israël, dans l'ordre indiqué par ces versets, nous avons : Louange à YaHWeH, car voyez : un Fils - c'est un grand bonheur, l'Église est heureuse - mais il y a une lutte, dont on oublie la peine, car Élohim exauce et s'attache à Son peuple, qui reçoit une rétribution et où habiter, et Il ajoute (fait croître) de par le Fils de Sa Droite.

Si nous prenons Exode 1, nous avons l'ordre suivant :
  • Exode 1:2 Ruben, Syméon, Lévi et Juda
  • Exode 1:3 Issachar, Zabulon et Benjamin
  • Exode 1:4 Dan et Nephtali, Gad et Aser

Ce qui donne, dans le contexte de l'Exode : Voyez : un fils, qui a été exaucé, car Élohim s'attache à Son peuple - louange à YaHWeH, qui rétribue et donne où habiter aux fils de Sa droite - bien qu'ils soient sous le jugement et doivent lutter - mais au bout du compte c'est un grand bonheur : ce peuple est heureux.


7:9 A côté de ces choses, je vis : et voici une foule multiple que nul ne pouvait compter, hors de chaque nation, et tribus, et peuples et langues, debout en face du trône et en face de l'Agneau, enveloppés de robes de lumière, avec des palmes dans leurs mains. 7:10 Et ils crient d'une voix grande, disant : le salut [est] à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l'Agneau.

A côté de ces choses : on voit à présent l'équivalent de la scène précédente, mais au ciel - on était sur notre terre intérieure, avec nos agitations et états d'âmes - nous sommes à présent au ciel, dans le monde spirituel, affranchis de la chair.

Une foule que nul ne pouvait, n'avait la capacité de dénombrer : on ne peut les dénombrer, car 144'000 est spirituel.

Multiple : avant Christ, l'ensemble des hommes était hétérogène, disparate, sans aucun lien, sans consistance ni unité - ils ont été rassemblés par le Seigneur, sont UN puisque ont le même Esprit. Un Corps spirituel s'est constitué à partir d'hommes atomisés. Cette foule est la postérité d'Abraham - père de ceux qui ont la foi - aussi nombreuse que les grains de sable, ou les étoiles du ciel.

Hors de chaque nation, et tribus, et peuples et langues : voir 5:9

Debout : car pleine de l'assurance que donne le salut.

Face au trône : ils voient Dieu - sur terre, nous ne voyons que Sa lumière, ce qu'on voit n'est que "l'ombre" de la réalité céleste - mais en ayant la lumière, on trouve la source.

Robes : tissu de salut de notre vie, qui va du ciel jusqu'à terre, de la révélation spirituelle (esprit) à la mise en oeuvre du salut, de la théorie (psy) à la pratique.

On ne peut rester sur la montagne de la transfiguration : une fois vivifiés, nous retournons à notre terre nourrie de Christ pour y faire fructifier la semence céleste au moyen de l'eau de la Parole et de la Lumière du Soleil de Justice.

Palmes : accueil du Roi, non pas pour le renier par la suite, comme du temps de son passage sur terre, mais pour accueillir et mettre en oeuvre (mains) son salut.

Crient : certaines choses sont inexprimables, sauf par un cri.

Grande : elle traverse tous les siècles.

Le salut est : présent éternel de Dieu (ils ont conscience d'être saufs).


7:11 Et tous les anges se tenaient autour du trône, et les anciens et les quatre vivants, et ils tombèrent face au trône sur leur face et se prosternèrent devant Dieu, 7:12 en disant : Amen! la louange, et la gloire, et la sagesse, et l'action de grâce, et l'honneur, et le pouvoir et la force [sont] à notre Dieu pour les éternités d'éternités. Amen!

Prosternent : rendent culte. 

Sept caractères de la perfection de Dieu (voir 5:12)
  • Viennent de l'homme : la louange, l'action de grâces
  • Viennent de Dieu : la gloire, la sagesse
  • Les trois derniers (honneur, pouvoir et force), Il les partage : tissu où l'homme et Dieu sont UN

Louange : déjà sur terre nous louons Dieu pour toutes circonstances (non pas malgré, mais pour, non pas certaines, mais toutes).

Gloire : manifestation de la victoire de la Vie sur la mort.

Sagesse : Christ est la sagesse personnifiée.

Action de grâce : tout vient de Lui, tout retourne à Lui.

Honneur : se rattache aux valeurs, celles de Dieu.

Pouvoir : faculté, capacité.

Force : fermeté, résistance.

Éternités : ce sont des images de la réalité qui dépassent l'époque.


7:13 Et l'un des anciens répondit en me disant : ceux-là qui sont enveloppés de robes de lumière, qui sont-ils et d'où sont-ils venus ? 7:14 Et je lui dis : mon Seigneur, toi, tu l'as vu. Et il me dit : ce sont ceux qui viennent hors de la tribulation, la grande; et ils ont lavé leurs robes et les ont rendues de lumière dans le sang de l'Agneau.

Tu l'as vu : on sait d'où on vient, et on sait qu'Il l'a vu.

Tribulation : elle est présente, partout et à toute époque - cf. Daniel 12:1, 2 Timothée 3:12, 1 Thess. 3:3, Jean 16:33, 1 Cor. 7:28, Apoc. 1:9. Le comble de la tribulation : les souffrances du Christ, qui ne la méritait pas. Son Corps continue dans une moindre mesure à la subir : cela rapproche par la communion ceux qui en sont l'objet.

2 Cor. 12:9 nous rappelle que la grâce est suffisante, même dans la tribulation : combat de la foi. Pour le croyant, cela peut donc être une chance d'être dans le malheur (avec la tribulation vient aussi la force) - voir l'histoire de Joseph.

La grande tribulation n'est pas un événement, mais le support du monde par les chrétiens.

Le livre de l'Apocalypse est une description de la situation des chrétiens - cf. Jean 15:20 et 16:33.

Du rocher sur lequel est fondée l'Église est sortie l'eau de la Loi de Moïse - mais cette Loi tue si elle reste telle quelle : cette eau ne transforme pas, mais est signe (baptême) qu'il faut être engendré d'en haut - il faut donc que cette eau soit changée en vin, que l'Esprit de Dieu transforme l'homme, ce que la Loi ne peut faire - la lumière vient alors du Sang de l'Agneau, vin nouveau qui vivifie.


7:15 A travers cela, ils sont en face du trône de Dieu et lui rendent un culte jour et nuit dans son Sanctuaire. Et l'Assis sur le trône dressera sa tente au-dessus d'eux; 7:16 ils n'auront plus faim, et ils n'auront plus soif, et le soleil ne les frappera pas, ni aucune brûlure. 7:17 Car l'Agneau qui est au milieu du trône les paîtra et les guidera vers les sources d'eau de la vie. Et Dieu effacera chaque larme de leurs yeux.

En face du trône : sous Son regard.

Jour et nuit : sur terre, il fait toujours jour ou nuit quelque part - spirituellement, nous avons à louer dans les temps favorables comme défavorables.

A la croix, Christ devient chef des armées célestes, et Il tabernacle, dresse Sa tente maintenant parmi nous.

Il nous protège des jugements mérités :
  • Plus faim : la manne céleste rassasie : ceux qui en ont peu en ont suffisamment, ceux qui en ont beaucoup n'en ont pas trop 
  • Plus soif : l'eau de la Vie de Christ, transformée en vin de l'Esprit, nous suffit pour vivre
  • Le soleil de justice est devenu soleil de justification : les brûlures de coeur et de conscience n'existent plus

Paître : conduire en troupeau et nourrir : Il nous conduit au Père.

Ne pas en rester au Fils, mais aller jusqu'au Père par Jésus Christ.

Larme : trace de souffrance, en voyant le mal et le refus du salut.
     
Si vous parcourez internet à la recherche d'études sur le livre de l'Apocalypse, vous découvrirez combien les esprits sont dans la confusion, combien l'esprit de ce siècle a embrumé l'entendement des hommes qui prétendent pourtant éclairer leurs semblables. Si après la lecture d'une de ces études vous êtes troublé(e) et perdez contact avec la réalité, cette étude n'est pas sain(t)e. Une étude inspirée du Saint-Esprit doit libérer notre esprit, et renforcer le fait que nous sommes en Christ. Christ doit en priorité être en nous, et non pas un personnage indistinct que l'on croit discerner ici ou là dans le livre de l'Apocalypse. L'étude saine de ce livre a pour conséquence une liberté indescriptible, celle des enfants du Père. Jésus est venu apporter la vérité, qui libère, et non pas le trouble des esprits!

Interpréter correctement un texte biblique

  1. Interpréter le verset dans son contexte

  2. Se demander : "de qui, à qui le verset parle-t-il ?" p.ex., faire attention de pas prendre les avertissements adressés aux chrétiens comme étant destinés aux nations : nous ne sommes pas sur le même terrain (eux ne savent pas, nous n'avons pas à les juger)

  3. Bien comprendre l'esprit d'un verset : qu'y figure une banque ou un soldat, ne justifie pas le prêt à intérêt ou la guerre

  4. Où se trouve le référentiel : la scène est-elle décrite vue du ciel (Dieu) ou de la terre (hommes) ? ceci est très important pour une bonne approche du livre de l'Apocalypse

  5. Le passage s'applique-t-il à notre monde intérieur, extérieur, les deux ? en fait, beaucoup de termes (souverain, plaie, montagne, etc.) peuvent être pris aux trois niveaux : littéral, psychique, spirituel - mais le niveau le plus éclairant sera toujours le spirituel, à partir duquel découlera le sens des deux autres

  6. Interpréter les symboles de manière christocentrique : nous avons affaire à la révélation du Christ

  7. Interpréter la Bible par la Bible - expliquer l'AT par le NT, et éclairer le NT avec l'AT : c'est le même Esprit qui a inspiré chaque verset de la Bible

AUTORITÉ ET PUISSANCE DE LA BIBLE

Nous affirmons l'inspiration divine, la vérité et l'autorité de l'Écriture, l'Ancien et le Nouveau Testament, dans sa totalité. Il n'y a point d'erreur dans tout ce qu'elle affirme. Elle est la seule Parole écrite de Dieu et l'unique règle infaillible de foi et de vie. Nous affirmons aussi que cette Parole est puissante pour accomplir le dessein de salut de Dieu. Le message de la Bible s'adresse à l'humanité entière car la révélation de Dieu dans le Christ, telle que nous la trouvons dans l'Écriture, ne saurait changer. Par elle, le Saint-Esprit continue à nous parler aujourd'hui; dans chaque culture il illumine l'intelligence du peuple de Dieu afin qu'il perçoive personnellement et de façon nouvelle la vérité divine et il révèle ainsi à l'Église entière la sagesse infiniment variée de Dieu. (extrait de la déclaration de Lausanne)
Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)

Toute reproduction de ces textes, en totalité ou en partie, est interdite sous peine de bénédictions éternelles :-)

Le contenu des textes appartenant à des sites non gérés par bibletude n'engage que leurs auteurs respectifs, devant Dieu et devant les hommes, et n'engage en rien bibletude
L'Apocalypse est l'Évangile de Jésus-Christ ressuscité (Bossuet)

Le plus grand poème spirituel de la littérature mondiale (H. Mühlestein)

Tout éloge lui est inférieur (Jérôme)