Rechercher dans ce blog

Vous êtes sur apocalypse.bibletude.org. Les points d'entrée de chapitres se trouvent dans la colonne de gauche et dans les onglets ci-dessus (plus complets). L'ensemble de ces points d'entrée se trouve dans la page Contenu du site.
Le livre de l'Apocalypse est intemporel: il s'adresse à chacun, dans sa situation présente, et exhorte chaque lecteur à choisir le chemin qui mène à la Nouvelle Jérusalem. Les symboles du livre de l'Apocalypse représentent avant tout des états intérieurs de l'âme humaine, états qui, de par le comportement humain, déteignent sur la société et, au bout du compte, font l'Histoire.

14:1-20 : L'Agneau, l'Evangile éternel, la moisson et la vendange

  2 terrains  
  • Babylone sur notre terre intérieure, terrain des deux bêtes - politique et religion (aux 3 niveaux - voir le chapitre 13) - inspirées par le dragon
  • Sion, la Nouvelle Jérusalem - notre Ciel intérieur - le Royaume où Christ règne
Les deux sont en compétition, en nous : combat chair/Esprit (*)

(*) ...et non pas corps/esprit : la chair est la faiblesse humaine aux 3 niveaux (somatique / psychique / spirituel). Il faut cependant bien se rappeler que ces 3 niveaux sont un moyen pratique de comprendre notre fonctionnement, car dans la réalité, nous sommes UN, comme Dieu Père-Fils-Esprit est UN. De plus, de par Christ en nous, nous sommes UN avec Dieu.


  2 rôles  
  • Notre rôle : veiller et prier pour rester sur le bon terrain, pour que le Roi de notre Royaume soit Christ, et non pas l'anti-christ
  • Le rôle de Dieu : être notre Chemin, notre Rocher, notre Force, notre Vérité, notre Libérateur, notre Salut, notre Vie
  Jean 15:11  
Je vous ai dit ces choses,
afin que ma joie soit en vous,
et que votre joie soit en plénitude

Le Royaume n'est pas de ce monde (Jean 18:36), il est en nous (Luc 17:21), ce que confirme Apocalypse 1:6 : Il nous a faits Royaume...

Dans ce Royaume se trouvent des territoires à conquérir : le Josué de l'AT, c'est Jésus (le nom d'origine est le même : les pères de l'Eglise parlaient du livre de Jésus, et non de Josué), qui fait tomber les différentes murailles qui parcourent notre être intérieur. Les psaumes (POUR David, et non pas DE David) sont les paroles du Logos, qui deviendra Jésus (Jean 1) : Il révèle qui est Dieu, et les ennemis qu'Il parle d'écraser sont nos ennemis intérieurs. Lire la Bible ainsi n'est-il pas libérateur ? N'est-il pas libérateur de savoir que dans Sa prière au Père, Jésus dit : "donne-nous notre pain qui est au-delà de la substance", à savoir le pain qui vient du Ciel ?

Y aura-t-il un Royaume sur terre ? Réponse : l'important est que ce Royaume soit en nous. S'il doit y en avoir un sur terre, nous ne serons pas pris au dépourvu lorsqu'il s'établira, et s'il ne doit pas avoir lieu sur terre, nous ne serons pas déçus...



Au chapitre précédent, on avait le '666' de la bête. Ici, on a le '7' de Dieu : 3 anges avant la nuée du v.14, correspondant à 3 anges après le nuée, celle-ci étant la shékinah de l'AT, la relation entre Ciel et Terre, la foi, en Esprit. Cela nous donne 7 esprits (les anges étant des esprits messagers) : ils représentent l'Esprit divin, le Saint-Esprit, qui vient du dehors nous révéler quelque chose : la bonne nouvelle est par conséquent objective, contrairement à nous qui sommes r-enfermés en nous, subjectifs, incapables de savoir par nous-mêmes (pour la signification des chiffres et nombres, reportez-vous à la rubrique Chiffres et nombres de la Bible).

Le premier ange parle au présent, le second au passé, et le troisième au futur : toute l'étendue que Dieu nous a donnée

14:1 Et je vis : et voici, l'Agneau debout sur le mont Sion, et à côté de Lui 144'000, ayant son Nom et le Nom de son Père écrits sur leurs fronts. 14:2 Et j'entendis une voix hors du ciel, comme une voix de multiples eaux, et comme la voix d'un grand coup de tonnerre. Et la voix que j'entendis était comme celle de citharistes citharisant sur leurs cithares. 14:3 Et ils chantent un cantique nouveau en face du trône et en face des quatre Vivants et des Anciens, et personne ne pouvait apprendre ce cantique, sinon les 144'000 qui ont été achetés et éloignés de la terre. 14:4 Ceux-là ne se sont pas salis avec des femmes, car ils sont vierges. Ceux-là accompagnent l'Agneau où qu'il aille. Ceux-là ont été achetés éloignés des hommes, en prémices pour Dieu et pour l'Agneau. 14:5 Et dans leur bouche il n'a pas été trouvé de pseudo; ils sont sans reproche [en face du trône de Dieu].

Je vis : je pris conscience :
  • qu'il y a autre chose que le désespoir du chapitre 13
  • de la totalité de l'Église : 144'000, au ciel dans ce chapitre, sur terre au chapitre 7, donc de l'extrémité de la terre à l'extrémité du ciel (au ciel, il n'y a plus qu'une table, où les vivants - engendrés d'en haut - se retrouvent tous, provenant des diverses tables des diverses divisions créées par les hommes sous l'influence du diabolos - mais aussi : l'un sera pris, l'autre laissé)
  • de la cité de Dieu (sur terre, nous avons la cité du diable, où règnent mensonge, séduction, accusation, manipulation, dissimulation, division)
Debout : l'Agneau égorgé est réellement ressuscité, par contraste avec la trompeuse résurrection de la bête.

Sion : la Jérusalem céleste (cf. Hébreux 12:22-24).

144'000 : le peuple fidèle de Dieu, l'Israël de Dieu. Le véritable peuple de Dieu n'est pas assimilable à la foule de ceux qui se réclament du nom de chrétiens : le véritable chrétien est celui qui a pour frère aîné le Christ, donc qui a le même Père que Lui, qui est engendré d'en haut.
Il vous faut être engendrés d'en haut (Jean 3:7)
Le Nom : la personne. Les sauvés portent la personne du Christ et celle du Père dans toutes leurs pensées (front), qui alors deviennent leurs actions : c'est la personne même de Dieu qui agit en eux, qui règne sur leur terrain intérieur (inversement, une pensée mauvaise aboutit à des actes mauvais). Ils sont marqués non pas du nombre de la bête, mais du Nom précieux : ils sont UN avec Dieu (Jean 17).

Entendre une voix : comprendre la voix intérieure de Dieu.

Multiples eaux : sa voix couvre les autres voix, en particulier celles qui accusent.
Approchons-nous avec un coeur sincère, dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure (Hébreux 10:22).

Si Dieu est pour nous qui sera contre nous ? (Romains 8:31)
Tonnerre : avertissement lointain, et qui annonce la suite.

Citharistes citharisant sur leurs cithares : harmonie de l'Église (chacun est une corde de Dieu).

Ils chantent : vie et joie.
Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit en plénitude (Jean 15:11)
Il y a nouvelle alliance, donc nouvelle naissance, littéralement engendrement d'en haut, donc nom nouveau, cantique nouveau, et avec tout cela on marche vers la nouvelle Jérusalem.

Quatre Vivants : vie qui rayonne dans l'espace-temps, les différentes facettes de Dieu.

Anciens : esclaves de Dieu ayant cheminé avec le Seigneur et nous ont précédé.

Personne ne pouvait - n'avait la faculté, la capacité - d'apprendre ce cantique. Seuls ceux qui sont en relation directe avec Dieu (foi) peuvent apprendre ce cantique, car :
  • ils ont l'amour, qui chasse la peur qui est cause de bien des paralysies psychiques et spirituelles, et de bien des malheurs dans les vies
  • ils ont un raisonnement clair et lucide, qui chasse les croyances et les préjugés, les mensonges de l'ennemi (ils ont le courage de voir les choses comme elles sont, et non pas comme ils voudraient qu'elles soient : ils tirent leurs conclusions de la réalité/vérité qui leur est révélée par l'Esprit, et non pas de leurs émotions pour ensuite justifier leurs conclusions pas des raisonnements tortueux)
  • ils savent (et non pas croient) que Dieu existe, et espèrent en Lui

Versets 3 et 4 Achetés et non pas rachetés : le Christ ne nous a jamais vendus!

Vierges : se réservent pour un seul Époux, en vue des noces de l'Agneau. Se donnent à un seul Dieu, ont un seul Esprit, une seule vérité, un seul but. On salit son coeur en donnant la priorité à des choses de l'ordre de l'âme (femmes du texte) :
  • priorité donnée à nos pensées propres, mélangées, pseudo rationnelles (croyance que le matériel sous-tend le spirituel).
Mes pensées ne sont pas vos pensées, dit le Seigneur (Ésaïe 55:8)
Par la foi, nous comprenons que les mondes (physique, psychique, spirituel) ont été organisés par la parole de Dieu, de sorte que ce qui se voit (avec les yeux physiques, psychiques et spirituels) n'a pas été fait de choses apparentes (Hébreux 11:3) : c'est le spirituel qui sous-tend le matériel.
  • priorité donnée à notre volonté propre
Vos voies ne sont pas mes voies, dit le Seigneur (Ésaïe 55:8)
  • priorité donnée à nos sentiments
Celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et jeté çà et là - or que cet homme-là ne pense pas qu'il recevra quoi que ce soit du Seigneur : il est un homme incertain dans ses pensées, inconstant dans toutes ses voies (Jacques 1:6-8)
En prémices : consacrés à Dieu (car notre Père) et à l'Agneau (car notre Sauveur).

Pseudo : ce qui s'oppose activement à Dieu et à son plan de salut, sous des dehors religieux.

Sans reproche : se dit des victimes sacrifiées de l'Ancienne Alliance, et signifie parfait dans sa consécration dans la Nouvelle Alliance, c'est à dire : l'oeuvre de Christ étant parfaite, personne ne peut rien reprocher (même pas Dieu) à ceux qui en sont les bénéficiaires (lire UN avec Dieu).

14:6 Et je vis un autre ange qui volait au midi. Il avait une bonne nouvelle éternelle pour annoncer la bonne nouvelle à ceux qui son assis sur la terre, et à toute nation, et tribu et langue et peuple, 14:7 disant d'une grande voix : craignez Dieu et donnez-lui gloire, car elle est venue, l'heure de son jugement; et prosternez-vous devant Celui qui a fait le ciel, et la terre, et [la] mer et les sources d'eaux.

Midi : littéralement "méridien", le point le plus haut atteint par le soleil (de justice) en nous. Nous sommes passés des ténèbres au crépuscule, puis avons atteint le sommet du ciel, lorsque la bonne nouvelle a été reçue. Le sommet du ciel, c'est lorsque transformés par la bonne nouvelle, nous:
  • louons Dieu en TOUTES circonstances (rien ne nous arrive qui ne soit sous Son contrôle)
  • bénissons les autres en TOUTES circonstances (si le monde est contre nous, Lui est pour nous)
  • rejetons nos fardeaux sur Christ en TOUTES circonstances (comment nous élever comme l'aigle si nous sommes chargés ?)
  • sommes en paix, en repos, en Lui, en TOUTES circonstances (la paix qui surpasse toutes choses)
  • mettons en oeuvre notre salut en toute simplicité en TOUTES circonstances (nous sommes dans Sa main : nous pouvons lâcher prise)
  • savons que Dieu est amour inconditionnel en TOUTES circonstances (tout passera, sauf l'amour)
  • vivons ici et maintenant le Royaume en TOUTES circonstances (le paradis, c'est déjà maintenant)

Prenons la Bible au mot : toutes ces choses sont des promesses sorties de la bouche de Dieu. Et Jésus, Logos fait chair, véritable ami (dans le sens le plus profond du terme) ne nous lâchera jamais.

Bonne nouvelle : annonçant que la paille est devenue blé, que le raisin est devenu vin. Comme le montre la réponse de Jésus au "bon larron" en croix, l'accueil de la bonne nouvelle (littéralement la "piété") est nécessaire et suffisant pour le salut : pas besoin de clergé qui d'abord culpabilise les gens en prétendant ensuite leur apporter leur pseudo remède (les "sacrements" qui sauvent - alors qu'ils ne sont qu'un signe du salut déjà accordé) pour les rendre dépendants de leur système religieux.

La foi sauve, la religion dénature et aliène.
La religion dit : faites, et vous serez sauvés.
La foi dit : vous êtes sauvés : faites!
...dans la plénitude de la foi, les coeurs purifiés d’une mauvaise conscience (Hébreux 10:22)
Éternelle : toujours vraie. Nos croyances et nos concepts sont un signe, une preuve de notre ignorance : la bonne nouvelle est vérité qui affranchit. Les rites sont superstition, la théologie est image taillée, la religion est réaction à la peur : la bonne nouvelle libère de la peur par l'amour, est relation avec Dieu qui nous enseigne directement (voir L'instruction), est action directe de Dieu dans nos vies par l'Esprit Saint.

Assis sur la terre : spirituellement inactifs. Il s'agit au contraire d'être assis dans le lieux célestes pour régner sur notre terre intérieure!

Nations, langues, etc. : cette bonne nouvelle nous montre la division des hommes pour que nous voyions la nécessité de Jean 17:21.

Craignez : en voyant mes normes, subjectives, et Ses normes, objectives, cela remue : je me vois tel que je suis.

Donnez-lui gloire : on le fait lorsqu'on est à la place que Dieu nous a préparée d'avance, ce qui implique une conversion préalable, suivie d'un cheminement sur le chemin étroit, tout en sachant que le salut est réalisé, Satan vaincu, la victoire remportée: c'est le Royaume! (gloire signifie victoire de la vie sur la mort).

L'heure : à chaque moment c'est le jugement, le tri entre ce qui vient de nous et ce qui vient de Christ en nous. Ce jugement est fait par les circonstances, par l'Esprit de Dieu, par la parole écrite (Bible).

Sont en nous :
  • le ciel, notre dimension en hauteur
  • la terre, base de nos certitudes
  • la mer, notre psychisme
  • les sources d'eaux, ce que l'on devient une fois que l'on a compris tout cela

14:8 Et un autre ange, un deuxième, accompagna en disant : elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande [ville], car du vin de la fureur de sa prostitution elle a abreuvé toutes [les] nations!

Babylone : type du pouvoir hostile à Dieu et aux siens, souvent de type religieux. Les Israélites - qui dans la Bible sont le type des hommes qui vivent dans un esprit religieux - ont été attirés par les faux dieux de Babylone, et par là même se sont punis eux-mêmes (première mort). A la destruction de Babylone, ce qui fait vivre ceux qui n'ont pas voulu rentrer au pays (conversion) est détruit lors de la seconde mort, car rien en eux ne peut subsister (seul l'homme nouveau a accès au ciel).

Les nations sont enivrées du vin de Babylone (vin de l'âme humaine, provenant des vignes de Satan), de la fornication religieuse qui est un opium (mystique religieuse idolâtrée) euphorisant (inconscience).

Prostitution : idolâtrie, idée-âtrie, idéol-âtrie... Ne pas se prostituer à ce qui court les rues, mais se réserver spirituellement pour un seul (et le reste suivra, ce qui évite de tomber dans la moral-âtrie).

14:9 Et un autre ange, un troisième, les accompagna, disant d'une grande voix : si quelqu'un se prosterne devant la bête et son image, et [en] reçoit une marque sur son front ou sur sa main, 14:10 il boira, [lui] aussi, du vin de la fureur de Dieu, mêlé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera éprouvé dans le feu et le soufre en face des saints anges et en face de l'Agneau. 14:11 Et la fumée de leur épreuve monte pour des éternités d'éternités, et ils n'ont de repos jour et nuit, ceux qui se prosternent devant la bête et son image, et si quiconque reçoit la marque de son nom. 14:12 Ici est le support des saints, ceux qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. 14:13 Et j'entendis une voix hors du ciel, disant : Écris : heureux, dès à présent, les morts qui meurent dans le Seigneur! Oui, dit l'Esprit, qu'ils se reposent de leurs peines, et leurs oeuvres les accompagnent.

Versets 9, 10 et 11 : les vainqueurs n'ont pas à redouter la seconde mort : en Christ, le jugement est déjà prononcé, le vieil homme est mort à la Croix. Par contre, ceux qui vivent de l'esprit du vieil homme par la chair perdront leurs faux espoirs lors de cette seconde mort, car ils n'auront pas laissé Dieu faire croître l'homme nouveau.

Si quelqu'un se prosterne : il y a ici un choix - c'est toi qui choisis.

La tête et les jambes de l'agneau étaient rôties à ma place. La marque de la bête est sur le front ou la main : ou c'est moi (si j'ai la marque), ou c'est l'Agneau qui est jugé (à ma place). L'Agneau a accepté de prendre notre jugement sur Lui : Dieu nous aime, et veut maintenant vivre en nous - pourquoi continuer de vivre dans l'esprit du vieil homme par la chair, de croire les fables de certains soi-disant conducteurs spirituels ? Tout est accompli.

Fureur : dans le sens de "mouvement ardent", é-motion intense de l'âme (idem aux versets 8 et 19).

Sans mélange : tranché.

Soufre : il détruit la chair (aux trois niveaux), qui tient en captivité notre âme - le Seigneur nous rend libres.

Versets 10 & 11 : épreuve = littéralement test à la pierre de touche.

En face : sous le regard. Comparée aux anges et à l'agneau, leur vie est tourment.

Fumée : elle obscurcit ce que Dieu veut nous dire.

Support : cran, tenir le coup en étant à part, sanctifiés, sur nos gardes, éveillés, aimants.

Foi de Jésus : la foi en Jésus ne peut sauver (car ce serait alors une oeuvre qui sauve) que parce que Christ a d'abord eu la foi : c'est donc avant tout la foi DE Christ qui nous sauve. La foi de Jésus est une grâce qui donne la relation (à travers Son sacrifice, foi de Jésus en le Père) : Il a cru le premier.

Si on y regarde de près, tout repose sur une certaine foi - même la science est subjective (elle CROIT que la réalité se mesure) : dans la pensée du monde, est objectif ce qui est subjectif au plus grand nombre...

Ces actes de foi, y compris le mysticisme idolâtré, composent la 2ème bête, et comme la religion ne va pas sans la politique, les deux bêtes font la guerre à ceux que le Seigneur habite, parce qu'ils disent autrement et font peur en disant la vérité-réalité (cf. chapitre 13  : on les catalogue d'hérétiques, les tue (si pas toujours physiquement, du moins sur d'autres plans, cf. chapitres11-12), les empêche d'acheter ou vendre (chapitre 13). Ces deux bêtes sont agressives et pseudo prophètes (prétendant enseigner de la part de Dieu) : l'histoire des hommes est toujours l'histoire de la mort.

Les morts qui meurent dans le Seigneur : mort physique ou baptême (signe de la mort du vieil homme).

Oeuvres : manifestation extérieure, expression visible (et nécessaire) d'une disposition intérieure - "Dieu juge selon les oeuvres" signifie qu'Il constate notre état intérieur à la vue de nos fruits extérieurs. Les oeuvres accompagnent l'esprit (qui retourne à Dieu qui l'a donné) avec lequel nous les avons faites - elles nous définissent.
Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour ; comme moi j'ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit en plénitude. (Jean 15:10-11)

14:14 Et je vis : et voici, une nuée de lumière, et sur la nuée, un assis, semblable à un fils d'homme, ayant sur sa tête une couronne d'or et dans sa main une faucille acérée. 14:15 Et un autre ange alla hors du Sanctuaire, criant d'une grande voix à l'assis sur la nuée : envoie ta faucille et moissonne, car elle est venue, l'heure de moissonner, car la moisson de la terre s'est desséchée. 14:16 Et l'assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre et la terre fut moissonnée.

Versets 14-20 : Tant pour les fidèles que pour les idolâtres, le jugement dernier, tri final,  se réalise et s'expérimente dès maintenant . Bien entendu, la possibilité est donnée à l'idolâtre de revenir en arrière tant qu'il est sur terre. A la mort physique, on continue dans l'état où on est (cf. Ecclésiaste 11:3).

Je vis : je pris conscience. La conscience étant la porte de l'esprit, elle nous révèle ce qui est de Dieu et ce qui n'est pas de Dieu. Lorsque nous parcourons des textes (journaux, livres, internet) qui se déclarent chrétiens, prenons conscience de ce qui est de Dieu, et de ce qui n'est pas de Lui.

Nuée : charnière entre Dieu invisible et Dieu fait homme, l'au-delà parlant à l'en deçà (lumière).

Assis : Il s'identifie à cette limite et la franchit quand Il intervient.

Couronne : car Il est Roi. La bête, elle, a un diadème, couronne par devant - et rien par derrière.

Faucille : jugement/tri pour ceux qui rejettent le sacrifice qui les aurait autrement sauvés.

Acérée : elle n'épargne personne, et aucune composante de l'être humain (cf. Hébreux 4:12).

Moisson : le corps (pain) que le Seigneur a donné sauve les élus. Vendange (versets suivants) : le sang (vin) retombe sur ceux qui en ont refusé le salut. Ils ont fait leur choix en connaissance de cause. Dieu est bon, car toute notre vie ici-bas Il nous donne notre chance de salut.

14:17 Et un autre ange alla hors du Sanctuaire qui est dans le ciel, ayant lui aussi une faucille acérée. 14:18 Et un autre ange alla hors de l'autel, ayant autorité sur le feu, et il cria d'une grande voix à celui qui avait la faucille, l'acérée, disant : envoie ta faucille acérée et vendange les grappes de la vigne de la terre, car ses raisins sont à point. 14:19 Et l'ange jeta sa faucille vers la terre, vendangea la vigne de la terre et jeta dans la grande cuve de la fureur de Dieu. 14:20 Et la cuve fut foulée en dehors de la ville, et de la cuve il sortit du sang jusqu'aux mors des chevaux sur 1600 stades.

Sanctuaire : lieu où on rend culte, notre ciel intérieur ("vous êtes de Temple de Dieu"), lieu Saint du Temple spirituel où habite Dieu - car le voile déchiré nous permet de Le voir et de Le rencontrer. Nous sommes le sanctuaire de Dieu en tant qu'individus, et l'Église est un temple, collectivement, ensemble des hommes engendrés d'en haut. Cette église n'a pas d'étiquette, de dénomination. Les dénominations, aux yeux de Dieu, sont des abominations.

Hors de l'autel : sur lequel est Le Sacrifice de Christ. En sortir, c'est aller à un endroit où se trouvent ceux qui ne sont pas sur l'autel avec Christ, donc ceux qui n'en bénéficient pas de par leur a-nomia (absence de norme, car non-foi, non-relation avec Dieu).

Autorité sur le feu : liberté d'agir sur le feu.

Feu : jugement (tri), constatation de l'état des âmes. Mieux vaut être jugés ici et maintenant, laisser Christ faire le tri en nous, afin que nous soyons selon la volonté du Père, et que la chair soit écartée, plutôt que de laisser cette dernière nous diriger, et ne plus rien posséder lors du tri final où nous serions tout entiers jugés du fait que nous serions UN avec cette chair.

Raisins à point : mûrs pour le jugement, le tri final.

Terre : notre coeur. Dieu juge au coeur (révélé par les oeuvres, cf. Colossiens 3:5-6). Voir avec les yeux du Seigneur nous permet de constater la réalité, et de Le laisser faire son travail en nous (avant qu'il soit trop tard).

Fureur : de quelqu'un qui aime mais voit aller autrement.

Il sortit du sang : le sang de l'Agneau a coulé pour les élus, les réprouvés voient couler leur propre sang. Le sang de l'Agneau parle mieux que celui d'Abel : celui-ci parlait de vengeance, celui de Christ parle de pardon (...mais encore faut-il l'accepter).

La puissance des hommes (chevaux) baigne dans la mort (sang) jusqu'aux facultés de décider du chemin (mors) pour l'être humain en entier (1600 stades : 4 x 4 x 10 x 10).

Il n'y a pas de choix après la mort : la guerre d'Harmaguédon n'a pas lieu, Dieu a le dernier mot.
           
Si vous parcourez internet à la recherche d'études sur le livre de l'Apocalypse, vous découvrirez combien les esprits sont dans la confusion, combien l'esprit de ce siècle a embrumé l'entendement des hommes qui prétendent pourtant éclairer leurs semblables. Si après la lecture d'une de ces études vous êtes troublé(e) et perdez contact avec la réalité, cette étude n'est pas sain(t)e. Une étude inspirée du Saint-Esprit doit libérer notre esprit, et renforcer le fait que nous sommes en Christ. Christ doit en priorité être en nous, et non pas un personnage indistinct que l'on croit discerner ici ou là dans le livre de l'Apocalypse. L'étude saine de ce livre a pour conséquence une liberté indescriptible, celle des enfants du Père. Jésus est venu apporter la vérité, qui libère, et non pas le trouble des esprits!

Interpréter correctement un texte biblique

  1. Interpréter le verset dans son contexte

  2. Se demander : "de qui, à qui le verset parle-t-il ?" p.ex., faire attention de pas prendre les avertissements adressés aux chrétiens comme étant destinés aux nations : nous ne sommes pas sur le même terrain (eux ne savent pas, nous n'avons pas à les juger)

  3. Bien comprendre l'esprit d'un verset : qu'y figure une banque ou un soldat, ne justifie pas le prêt à intérêt ou la guerre

  4. Où se trouve le référentiel : la scène est-elle décrite vue du ciel (Dieu) ou de la terre (hommes) ? ceci est très important pour une bonne approche du livre de l'Apocalypse

  5. Le passage s'applique-t-il à notre monde intérieur, extérieur, les deux ? en fait, beaucoup de termes (souverain, plaie, montagne, etc.) peuvent être pris aux trois niveaux : littéral, psychique, spirituel - mais le niveau le plus éclairant sera toujours le spirituel, à partir duquel découlera le sens des deux autres

  6. Interpréter les symboles de manière christocentrique : nous avons affaire à la révélation du Christ

  7. Interpréter la Bible par la Bible - expliquer l'AT par le NT, et éclairer le NT avec l'AT : c'est le même Esprit qui a inspiré chaque verset de la Bible

AUTORITÉ ET PUISSANCE DE LA BIBLE

Nous affirmons l'inspiration divine, la vérité et l'autorité de l'Écriture, l'Ancien et le Nouveau Testament, dans sa totalité. Il n'y a point d'erreur dans tout ce qu'elle affirme. Elle est la seule Parole écrite de Dieu et l'unique règle infaillible de foi et de vie. Nous affirmons aussi que cette Parole est puissante pour accomplir le dessein de salut de Dieu. Le message de la Bible s'adresse à l'humanité entière car la révélation de Dieu dans le Christ, telle que nous la trouvons dans l'Écriture, ne saurait changer. Par elle, le Saint-Esprit continue à nous parler aujourd'hui; dans chaque culture il illumine l'intelligence du peuple de Dieu afin qu'il perçoive personnellement et de façon nouvelle la vérité divine et il révèle ainsi à l'Église entière la sagesse infiniment variée de Dieu. (extrait de la déclaration de Lausanne)
Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)

Toute reproduction de ces textes, en totalité ou en partie, est interdite sous peine de bénédictions éternelles :-)

Le contenu des textes appartenant à des sites non gérés par bibletude n'engage que leurs auteurs respectifs, devant Dieu et devant les hommes, et n'engage en rien bibletude
L'Apocalypse est l'Évangile de Jésus-Christ ressuscité (Bossuet)

Le plus grand poème spirituel de la littérature mondiale (H. Mühlestein)

Tout éloge lui est inférieur (Jérôme)